Sélectionner une page

Plus de 90 pays sont infestés par le paludisme à travers le monde. Dont 91% des cas sont concentrés en Afrique faisant environ un million de morts par an. Cette maladie est provoquée par la femelle de l’anophèle. 

L’anophèle transmet à l’homme un parasite appelé “Plasmodium” causant en premier lieu des simples symptômes d’état grippal à savoir, des frissons, des maux de tête, de la toux (chez certains), des vomissements, de la diarrhée et une forte fièvre. Après la première phase d’incubation, si la maladie n’est pas traitée, l’été du malade devient très grave, il peut présenter un accès pernicieux, de la fièvre, des convulsions, une hypertonie et même un état de coma, pouvant aller jusqu’à la mort. 

Comme plusieurs pays, la République Togolaise met en œuvre différentes mesures préventives sous la supervision du Chef de l’Etat, SEM Faure Essozimna Gnassingbé, dans le cadre de sa politique de lutte contre le paludisme au Togo

Les mesures prises par l’Etat togolais pour la prévention du paludisme 

La prévention 

En 2019, le pays a lancé une campagne de distribution de moustiquaires imprégnées de l’année 2017. Un acte qui a été félicité par l’Alliance pour la prévention du paludisme.

Le traitement

En cette année, et depuis le lundi 6 mai, le diagnostic du paludisme par le test de diagnostic rapide (TDR), et le traitement des cas graves par l’artésunate et l’artéméther injectable, sont désormais gratuits sur tout le territoire togolais. 

La sensibilisation 

Plusieurs campagnes de sensibilisation sur la lutte contre le paludisme ont été lancées depuis 2017 sur l’étendue du territoire national, incitant les Togolais à éviter les piqûres de moustiques, à dormir sous une moustiquaire, à porter des vêtements couvrants surtout la nuit et à utiliser des sprays anti-moustique pour la peau et les vêtements.

Question : le paludisme / la malaria, sont-ils une maladie à vie ? ou peut-on en être guéri ?

Cela dépend de la manière dont on est traité. Si la maladie n’est pas traitée correctement ou pas avec les bons médicaments, la maladie peut continuer pendant des décennies. En fait la période de traitement peut être trop courte et tous les germes peuvent ne pas être éradiqués. Ou alors le malade atteint de paludisme peut être traité avec le bon médicament mais pas nécessairement avec le bon dosage.

Bref, d’une manière générale et pour répondre à la question, aujourd’hui le paludisme se traite et peut se soigner de manière définitive. Mais s’il est mal soigné, il peut rester dans le sang ou dans le foie (en fonction du type de germe de paludisme) pendant plusieurs décennies ou à vie.